Médiation – ateliers

LA MEDIATION

Depuis sa création Aflam tisse des liens multiples autour du cinéma, entre les publics, les œuvres et les artistes. Ce maillage singulier permet d’explorer des histoires et des mémoires communes et de relier la ville de Marseille à d’autres territoires, les pays arabes et au-delà. La diffusion et la réception d’un film sont pensés à la fois comme une expérience personnelle et un moment convivial. Nos programmes sont conçus pour offrir des espaces ouverts à tous, favorables à l’échange et au dialogue. Ils comportent des parcours de découverte et de sensibilisation au cinéma, construits au fil du temps avec des partenaires de la société civile, des structures sociales et culturelles, des établissements scolaires ou de formation. Ainsi, grâce à plusieurs moyens d’accompagnement, de création et des interventions, Aflam ne montre pas seulement des films… L’association encourage l’éducation artistique et s’investit pour soutenir une offre culturelle de proximité. Si les Rencontres sont l’occasion de se réunir, c’est aussi un temps privilégié pour partager et donner à voir les ateliers : traduction, écriture poétique mais aussi danse et création vidéo. Tout au long de cette édition, autour des séances de cinéma, vous pourrez découvrir cette aventure collective, artistique et humaine.

LES ATELIERS

L’atelier Écriture propose à des élèves des collèges Marseilleveyre et Versailles, d’explorer l’univers des films à partir de consignes ludiques d’expression écrite. Guidés par Mathilde Chèvre (écrivaine et éditrice) et avec le concours de Driss El Hachami  et Sarah Gagnevin Patris, (professeurs de langue arabe), les élèves composent des récits et des illustrations, inspirés de deux courts métrages. Les résultats de cet atelier seront présentés pendant les Rencontres.

Destiné aux lycéens de La Calade (section Bac accueil), l’Accueil festivalier est un atelier professionnel qui leur permet de s’initier à leur futur métier et de participer pleinement aux Rencontres en accompagnant les publics, les artistes et les débats.

L’atelier critique a été conçu dans la durée, en partenariat avec le centre social de l’Agora (quartier de la Busserine, 14e), dans une démarche de soutien à la vie associative locale et d’accompagnement à la création. Pendant les Rencontres, les participants endossent le rôle de jury, après s’être familiarisés avec l’analyse cinématographique, ils décernent leur « coup de cœur » de cette édition.

Lancé cette année, l’atelier de réalisation vise à faire découvrir la création vidéo à partir des expériences plurielles et singulières des participants. Conçu et encadré par la cinéaste Katia Saleh, cet atelier propose de croiser la thématique générale des migrations et de l’accueil avec une réflexion sur la conception et l’utilisation de l’image.

Autre nouveauté, l’atelier Ciné’Dialogue a permis la traduction des dialogues d’un court métrage et la découverte des métiers de traducteur et de monteur. Ce sont les élèves du lycée Montgrand en option civilisation orientale, et leur professeure Rime El Hossamy, qui ont réalisé la traduction de l’arabe vers le français du film de la programmation La Traversée d’Ameen Nayfeh. Un atelier réalisé avec le concours du traducteur assermenté Jean-Pierre Dahdah et du cinéaste Ayman Khoury.

On l’aura dansé ! mêle danse et cinéma. Cet atelier réunit des danseurs professionnels (du centre Le Grenier du Corps) et des amateurs (adhérents de structures sociales) autour d’un film des Rencontres (Tempelhof, aéroport central de Karim Aïnouz). Guidés par la chorégraphe Frédérique Favre, les participants réalisent ensemble l’écriture d’une pièce poétique dansée, inscrite dans les espaces du Mucem. L’ensemble de ces rencontres – les temps d’ateliers et la restitution in situ dans les espaces du musée – fait l’objet d’un court métrage documentaire réalisé par Maëlie Guillerme et Irina Warner (présenté à l’issue de la projection).

Enfin, en partenariat avec l’association Lieux Fictifs, et le Ministère de la Justice, Dedans/Dehors propose aux détenus du centre pénitentiaire des Baumettes à Marseille de vivre les Rencontres de l’intérieur à travers la projection et la diffusion de films programmés, suivie d’une rencontre sur place avec un réalisateur. De l’extérieur, avec la couverture des Rencontres par un groupe de personnes détenues, stagiaires des ateliers audiovisuels menés par Lieux Fictifs aux Baumettes et qui bénéficient de permissions de sortir exceptionnelles pour réaliser un reportage sur les lieux du festival.

L'actualité des Rencontres