café-ciné

La place et l’image de la femme dans l’industrie du film arabe  

Première partie

Petite, j’avais toujours voulu faire de l’image, mais on me l’avait interdit. « Ce n’est pas un métier pour les filles »… extraits des entretiens avec Jocelyne Saab par Mathilde Rouxel.

Les personnages féminins de notre programmation, de la poétesse de Stefanie Brockhaus et Andreas Wolff en passant par la jeune Amal de M. Siam sont pour le moins déroutants, sans parler de Sofia dans le film de Meryem Benm’Barek ou encore du personnage principal du Jour où j’ai perdu mon ombre de Soudade Kaadan. Une nouvelle génération de réalisatrices arrive sur la scène internationale et bouscule notre vision des sociétés arabes. Comment le marché international (producteurs, distributeurs, programmateurs, jurys,…) influence-t-il le travail des réalisateurs.rices ? La vision occidentale de la femme arabe parvient-elle à influencer le travail des réalisateur.rice.s ? Et enfin, le nombre grandissant de femmes derrière la caméra (réalisatrices ou directrices de la photo) est-il en train de changer l’image de la femme à l’écran ?  Autant de questions que nous essaierons d’aborder au cours de la discussion.

Avec la participation des réalisatrices Sofia Djama (Les Bienheureux, 2017), Sarra Abidi (Benzine, 2017), Faten Matmati (Révélation, 2017), Shirin Abu Shaqra (What Happens to a Displaced Ant, 2017) et Mathilde Rouxel (auteure de Jocelyne Saab, la mémoire indomptée et doctorante à l’Université Sorbonne Nouvelle à Paris sur le thème: Cinéma des femmes en Tunisie, en Egypte et au Liban de 1967 à 2017).

Modéré par Nicola Schieweck (membre du comité de programmation de FFM-Films Femmes Méditerranée)

Deuxième partie

En deuxième partie les participant.e.s de la table ronde se pencheront sur l’état des lieux et la notion de genre dans l’industrie du film de la région Maghreb-Mashreq, ainsi que sur les diverses initiatives concrètes les illustrant, notamment dans le cadre du programme MedFilm, visant à renforcer un secteur du film sensible au genre.

Seront évoquées des pistes d’actions visant à relever les défis liés à la promotion du rôle des professionnelles du cinéma dans la région, dans un contexte marqué par un intérêt prononcé à l’adoption d’une approche sensible au genre en tant que levier de l’économie créative.

Avec la participation d’Imane Bounjara (coordinatrice du programme de l’UNESCO « Renforcement d’un secteur du film sensible au genre dans la région Maghreb-Machrek »), Meriem Azizi (universitaire, critique de cinéma) et Sarra Abidi (auteure-réalisatrice).

Modéré par Hicham Falah (Délégué général du Festival International du Film Documentaire à Agadir – FIDADOC et directeur artistique du Festival International du Film de Femmes de Salé).

Organisé en partenariat avec le Bureau de UNESCO pour le Maghreb, l’Association de Culture et d’Education par l’Audiovisuel et l’Association Tunisienne des Médias Alternatifs. Ce partenariat  s’inscrit dans le cadre du projet régional de l’UNESCO « Renforcement d’un secteur du film sensible au genre dans la région Maghreb-Machreq » cofinancé par l’Union Européenne dans le cadre de son programme MedFilm, et qui vise à promouvoir l’image et la place de la femme dans le secteur du film (cinématographique, télévisuel, sur le web/ fiction et documentaire) dans sept pays cibles : Algérie, Egypte, Jordanie, Liban, Libye, Maroc et Tunisie.

Dimanche 7 avril / 14h-16h et 16h30-18h30 / La Fabulerie

L'actualité des Rencontres

Call for films 2020

Call for films for the 7th edition of the Rencontres d’Aflam : Registration is now open ! Deadline for submission: December 1st, 2019 The association Aflam organizes since 2013 the […]

Appel à films 2020

Appel à films de la 7ème édition des Rencontres d’Aflam : Les inscriptions sont ouvertes ! Date limite pour l’envoi du film : 1er décembre 2019 Aflam organise depuis 2013 […]